Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Bienvenue sur Naturedicidela.overblog.com...

Brame 2013 à Richmond Park

Oct 09 2013, Written by: METELLI ANTOINE

Cela faisait des années que j’en rêvais, mais c’est en septembre 2012 que l’idée de photographier le brame (période annuelle d’accouplement) à Richmond Park s’est concrétisée, suite à la lecture d’un article à ce propos dans Nat’image, le fameux magasine de photo animalière.

Le brame, c'est aussi le temps des combats de virilité dans la brume

Le brame, c'est aussi le temps des combats de virilité dans la brume

Pour vous situer un peu, Richmond Park n’est pas un zoo, mais le plus grand parc de Londres, qui se trouve dans le district de Richmond Upon Thames (à l’ouest). C'est l'un des huit parcs royaux de la capitale. Sa superficie est de 9,5 km2. On peut y trouver une multitude d'espèces animales mais surtout, la présence de près de 650 cerfs et biches en liberté. Ils sont peu farouches, car habitués à l'homme du fait de leur présence dans le parc depuis plus de 300 ans. Aussi est-il possible de se retrouver, au détour d'un bosquet, à quelques mètres d'un mâle arborant de superbes bois et ruminant paisiblement. Cependant, durant le brame, un affichage informe les promeneurs des dangers potentiels de les approcher (ce qui ne m’a pas empêché, avec un minimum de précaution et de respect de l’animal, de photographier mes sujets à une petite dizaine de mètres, voire moins lors de certains affuts).

Localisation de Richmond Park à l'Ouest de Londres

Localisation de Richmond Park à l'Ouest de Londres

Bref, c’était pour moi l’endroit rêvé pour réaliser un reportage sur le brame en 2013. C'est ainsi qu'il y a quelques mois, quand ma compagne m'a fait part de son souhait d’aller visiter Londres, j'ai sauté sur l'occasion, et réservé deux billets d'avion pour le premier weekend d’octobre, début du brame chez nos amis anglais (ce dernier commence entre 15 et 30 jours plus tard qu’en France).

Les mois qui précédèrent notre départ furent pour moi l’occasion de glaner des infos plus précises sur les populations présentes, et sur les places de brame, afin d’optimiser mon temps au maximum et de ne pas me laisser prendre au dépourvu. Dans cette phase de préparation, j’avoue que Google Maps aura été mon meilleur ami.

Une fois sur place, à moins que vous ne soyez assez courageux pour aller à Richmond en voiture (tout en conduisant à gauche!) je vous conseille vivement les transports en communs, en outre moins polluants... Il faut cependant compter une bonne heure, du centre de Londres, pour rallier le parc.

Pour les gens véhiculés, plusieurs accès permettent de circuler en voiture. Situés tout autour du parc (Richmond gate, Roehampton gate, Kingston gate…), ils sont cependant fermés à la circulation routière entre 16 h 30 et 21 heures selon la saison. L'accès à pied ou à vélo, lui, est permanent (raison de plus!)

Concernant le matériel, je ne m’étendrai pas sur le sujet car c’est le matériel de base pour l’animalier. Prévoyez au minimum un 300mm, DES CARTES SD DE RECHANGE car on atteint vite les 400 photos à l’heure, un bon lens-coat ou un sac poubelle pour protéger boitier et objectif de l’humidité, des habits de pluie...

Même s’il n’y a pas besoin de beaucoup de camouflage à Richmond étant donné la proximité public/animaux depuis plus de 300 ans, je vous conseille tout de même des vêtements sobres, ou mieux, camouflés, afin que le dérangement soit moindre. Vous apercevrez certainement le photographe anglais en chemise blanche (si si, je l'ai croisé!) qui se poste au 500 mm f4 au détour d’un chemin (on ne voyait que lui)… Je peux vous dire que j'ai vu de sacrés "photographes", qui notamment courent derrière les mâles pour ne pas les louper… De la grande bêtise et pour moi un total irrespect des animaux.

Bref tout ça pour dire que même s'il n’est pas indispensable, le camouflage est vivement conseillé. Prévoyez peut-être un anti-tique pour les plus sensibles, de l’eau car on marche beaucoup (10km par jour, plus les affuts et les diverses approches) et c’est à peu près tout ce dont vous aurez besoin.

Une fois dans le parc, c’est grand, très grand et c’est pourquoi je vous conseille de préparer vos itinéraires à l’avance, sinon vous allez perdre un temps fou…

La zone en bleu est celle que je vous conseille de découvrir. À mon sens c'est "the best place to be"

La zone en bleu est celle que je vous conseille de découvrir. À mon sens c'est "the best place to be"

Une fois votre itinéraire entamé (sortez vraiment des sentiers pour être tranquille) vous ne tarderez pas à entendre bramer et à observer vos premiers animaux. Personnellement, j’ai effectué plus d’approches que d’affuts, du fait que les animaux sont peu farouches (il faut le vivre, c’est incroyable!), cependant sur certaines places très occupées, n’hésitez pas à affuter pour prendre le temps d’observer.

N’oubliez pas les règles de base concernant le vent, les mouvements lents (si possible proches du sol) pour casser la forme humaine, encore une fois ce n’est pas ce qui vous fera forcément prendre plus de photos, mais cela vous distinguera des photographes non avertis, et vous permettra de vous fondre dans l’environnement des cerfs (l’éthique est très importante en photo animalière).

Si vous respectez ces quelques règles, alors vous n'aurez aucun mal à découvrir ce fabuleux endroit et vivre des moments vraiment intenses.

Moments intenses, comme la rencontre avec ce 12 cors bramant à quelques mètres

Moments intenses, comme la rencontre avec ce 12 cors bramant à quelques mètres

A Richmond, il y a une grande diversité de milieux: du boisé, de la prairie, de la friche, de la souille, de la fougère, le tout avec de magnifiques arbres de parc anglais (vous savez, ces gros chênes style Marie-Antoinette, pas très hauts mais très larges, avec des branches charpentières de plusieurs mètres). Vous n’aurez donc aucun souci à mettre en valeur vos sujets, surtout qu’il n’y a pas non plus de grillage. Prenez juste garde aux protections, mises en place pour protéger les jeunes arbres des cerfs, et au public (assez nombreux le weekend) qui peut vite gâcher un cliché. Pour vous rendre mieux compte de la topographie locale je vous recommande cette map chez l'équivalent de Géoportail mais à l'anglaise.

Pour conclure, je peux dire que Richmond est vraiment l’endroit idéal pour photographier le brame. Vous pourrez photographier, en quelques jours, ce qui mettrait des années en France!

Cerf mâle et sa couronne de fougères

Cerf mâle et sa couronne de fougères

Cependant, il faut relativiser : on n’est pas dans un zoo, mais les animaux ont vraiment « perdu » leur côté sauvage. La difficulté est donc inexistante par rapport à d’autres pays comme la France, où photographier le cerf n’est pas ce qu’il y a de plus simple (d'une part vous verrez beaucoup moins d’animaux, et de plus la technique d’approche sera complètement différente).

Pour moi, cette expérience a été fabuleuse et je me jure de la réitérer en 2014, et peut être même à d’autres saisons, comme au printemps où photographier les faons serait l’objectif principal.

Merci à tous d’avoir lu mon article, je vous laisse découvrir mes photos!

Biche cachée juste derrière un gros chêne

Biche cachée juste derrière un gros chêne

Il est bien caché ce daim...

Il est bien caché ce daim...

Où sont les femmes ?

Où sont les femmes ?

Paisiblement installé dans sa prairie

Paisiblement installé dans sa prairie

Le fumeur

Le fumeur

Quels bois !!

Quels bois !!

Daguet  (jeune cerf)

Daguet (jeune cerf)

Road trip en images

Aug 28 2016, Written by: Tonio METELLI

Voici le résumé en images, de notre voyage de noces dans l'Ouest Américain.

3 semaines au total, passées sur la route et dans les airs, à arpenter les nombreux et magnifiques parcs nationaux.

Le fameux Grand Canyon (absolument magique) et ses petits habitants

Road trip en images
Road trip en images
Road trip en images

Monument Valley, le lieu connu de tous grâce aux nombreux western qui y ont été tournés

Road trip en images
Road trip en images
Road trip en images

Point de vue sur le fleuve Colorado en bas d'un canyon inconnu

Road trip en images

Une route des plus typique, à savoir toute droite et brûlante... Attention ici les pneus peuvent vite exploser

Road trip en images

Vue sur le fleuve Colorado, depuis le Navajo Bridge de Marble Canyon

Road trip en images
Road trip en images

Toujours ce fameux Colorado, observé cette fois, depuis Horseshoe Bend

Road trip en images

Le grand Lac Powel qui finira un jour par disparaître, en raison des nombreux pompages qui y sont réalisés pour l'irrigation des cultures... Un des meilleurs coins de pêche au black-bass de tous les États-Unis

Road trip en images

Canyon Land, son fleuve Colorado et la route désertique qui y mène

Road trip en images
Road trip en images

Sûrement un des plus beaux parcs de l'Ouest, j'ai nommé Bryce Canyon et ses cathédrales de pierre

Road trip en images

Yellowstone et ses pools... S'il n'y avait qu'un parc à faire ce serait celui-ci ! Je prévois d'ailleurs d'y retourner mais pour de l'animalier cette fois

Road trip en images
Road trip en images
Road trip en images
Road trip en images
Road trip en images
Road trip en images

Bodie Ghost Town, un village fantôme de l'époque de la ruée vers l'or et qui depuis a été détruit à 95% par le feu

Road trip en images
Road trip en images

Casse noisette Coréen

Feb 24 2013, Written by: METELLI ANTOINE

Ce matin il neige. Mon 300mm récemment reçu n'en peut plus de rester au chaud dans le sac, il veut du froid, de l'humidité, de la poussière... C'est donc décidé : je pars m'installer à l'affut dans un bois proche de chez moi. Mon but initial était de photographier un passereau sur un perchoir enneigé mais comme bien souvent, l'objectif de départ se voit modifié, c'est donc un écureuil Coréen qui viendra faire la star devant mon affut.

C'est la première fois que j'ai le plaisir d'observer cette petite boule de poil et j'espère que ce ne sera pas la dernière.

Casse noisette Coréen
Casse noisette Coréen
Casse noisette Coréen
Casse noisette Coréen

Transumance au col de Sarenne

Aug 10 2014, Written by: METELLI ANTOINE

Transumance au col de Sarenne
Transumance au col de Sarenne
Transumance au col de Sarenne
Transumance au col de Sarenne
Transumance au col de Sarenne
Transumance au col de Sarenne

Les fameuses perruches parisiennes

Jun 28 2013, Written by: METELLI ANTOINE

Les fameuses perruches parisiennes

La perruche à collier est présente en Île-de-France depuis plusieurs années notamment dans les parcs et jardins. On a pu en voir au parc Floral, au bois de Vincennes, au cimetière du Père Lachaise, au cimetière de Thiais...

Pourquoi cet oiseau exotique en Ile-de-France?
Importée à des fins commerciales comme oiseau d’ornement, l’origine probable de sa présence en Ile-de-France s'explique du fait que des groupes d’individus se sont échappés de containers à l'arrivée des aéroports d’Orly et Charles de Gaulle. On suppose également que certaines d'entre elles ont pu s'échapper de diverses volières de zoo ou privées.

En Europe, l'espèce préfère les milieux urbains (Paris, Bruxelles et Londres par exemple) où la température est plus élevée et où elle peut trouver sa pitance (fruits, graines, pousses, baies). Opportuniste, elle n'hésite pas a squatter les mangeoires à oiseaux. A partir du moment où elle trouve suffisamment de nourriture, quelque soit le climat, elle est capable de s’adapter et de survivre au froid hivernal.

La Perruche à collier mesure environ 40 cm de longueur et d'envergure. Son plumage est vert avec une queue bleu azur, un ventre et dessous des ailes jaune, un bec rouge et noir. Assez criarde on dit qu'elle siffle ou jacasse.

Le mâle se distingue par un collier noir qui s'étend du bec au cou avec une mince bande rose sur la nuque. La femelle et les jeunes des deux sexes (jusqu'à l'âge de 3 ans) sont souvent plus clairs et ont une queue plus courte. Ils ne présentent pas de collier ou alors un simple ombrage gris et des bandes claires sur la nuque.

Les fameuses perruches parisiennes

La perruche à collier était autrefois exclusivement un oiseau de volière. Socialisée, elle est une excellente compagne de vie. Elle ne parle pas (ce n'est pas un perroquet) mais peut siffler des airs et reproduire des sons.

De septembre à décembre, les oiseaux sont grégaires et établissent des dortoirs dans les arbres en fin de journée pour y passer la nuit. Au petit matin elles s'envolent pour se nourrir. Lors de la période de reproduction (mars-avril), le dortoir est en général abandonné au profit des sites de reproduction jusqu'à l'automne.

La nidification est dite cavicole, ce qui signifie que les pontes se font dans des anfractuosités, souvent dans des arbres creux et assez âgés. Les vieux platanes sont souvent utilisés. Par commodité elle n'hésite pas a s'installer dans des loges de pics. Les couvées sont de 2 à 6 œufs qui sont incubés 21 jours. Les jeunes, en général 2 à 3, sont nourris au nid pendant environ quarante jours.

Son espérance de vie est de trente ans environ (en captivité).

Pour en savoir plus sur les oiseaux régionaux: http://ile-de-france.lpo.fr/

"Perruche graphique"

"Perruche graphique"

Ascalaphes de Pâques

Apr 21 2014, Written by: METELLI ANTOINE

Ascalaphes de Pâques

Ascalaphe soufré

Libelloides coccajus

Taille : envergure 45 - 55 mm

Période de vol : Avril à Juin.

Caractéristiques

Il s'agit d'une des deux espèces d'ascalaphe largement répartie en France avec Libelloides longicornis (Ascalaphe commun).

Les ailes de l’Ascalaphe soufré sont maculées de grandes taches jaunes, parfois blanches. Les nervures sont noires. Attention, certains Ascalaphes soufrés sont blanchâtres et pourraient être confondus avec Libelloides lacteus (qui n’est pas présent dans l’Yonne). L’ascalaphe soufré se distingue de l'ascalaphe commun par la zone noire basale de l'aile postérieure qui atteint l'angle anal.

Les ascalaphes se nourrissent de mouches et petits insectes en vol. Ils se chauffent au soleil sur les plantes, ailes étalées. Les larves (redoutables prédateurs dont la durée de vie est estimée à 2 ans) sont semblables à celles des fourmilions et vivent sur le sol, dans la litière et sous les pierres.

Ascalaphes de Pâques

Répartition

En Europe, l'espèce se trouve au nord de l'Espagne, remonte jusqu'en Allemagne méridionale. Elle est localisée au nord de la péninsule Italienne et en Sicile. En France, elle est présente dans les deux tiers sud-est jusqu’en Alsace, Ile de France et Charente.

Habitat

L'ascalaphe soufré aime les milieux herbacés secs en pays calcaire ou sur sols acides, bien exposés et jusqu’à 1500 m d'altitude. Il peut être abondant localement dans les hautes graminées des secteurs riches en orchidées et papillons. Ces habitats sont plus diversifiés dans le sud du pays. La présence de cailloux est probablement importante pour abriter les larves. On le trouve souvent dans les mêmes habitats que Libelloides longicornis.

Ascalaphes de Pâques

La tête dans les nuages

Aug 11 2014, Written by: METELLI ANTOINE

La tête dans les nuages

L'ensemble de ces clichés a été réalisé autour des diverses lacs de l’Alpe D'Huez

La tête dans les nuages
La tête dans les nuages
La tête dans les nuages
La tête dans les nuages
La tête dans les nuages

Post-brâme

Nov 11 2012, Written by: METELLI ANTOINE

Petite sortie post-brâme ce matin, sur le vaste domaine de Rambouillet (78) dans le but d'observer les derniers grands groupes d'animaux ...

Les conditions météorologiques, contrairement aux animaux, ne seront pas du tout de la partie. Je m'excuse donc par avance de la qualité médiocre des quelques clichés qui suivent, mais qui restent à mes yeux les témoins d'un moment d'exception.

Post-brâme
Post-brâme
Post-brâme

Guêpiers Rhônalpins jour 1

May 07 2016, Written by: Tonio METELLI

Après des dizaines d'heures de repérage et d’installation sur plusieurs années, Les guêpiers d’Europe sont arrivés jeudi dernier en Rhône-Alpes !
Ce matin en place à 5h30 pour ne pas les déranger, ils étaient là !! Pas moins de 20 individus sur mes perchoirs...
Croyez moi, vous n'avez pas fini de voir du guêpier sur ce blog.

Premier jour d'observation des Guêpiers d’Europe, dans un coin préservé de Rhône-Alpes !
Premier jour d'observation des Guêpiers d’Europe, dans un coin préservé de Rhône-Alpes !
Premier jour d'observation des Guêpiers d’Europe, dans un coin préservé de Rhône-Alpes !
Premier jour d'observation des Guêpiers d’Europe, dans un coin préservé de Rhône-Alpes !
Premier jour d'observation des Guêpiers d’Europe, dans un coin préservé de Rhône-Alpes !
Premier jour d'observation des Guêpiers d’Europe, dans un coin préservé de Rhône-Alpes !
Premier jour d'observation des Guêpiers d’Europe, dans un coin préservé de Rhône-Alpes !
Premier jour d'observation des Guêpiers d’Europe, dans un coin préservé de Rhône-Alpes !
Premier jour d'observation des Guêpiers d’Europe, dans un coin préservé de Rhône-Alpes !
Premier jour d'observation des Guêpiers d’Europe, dans un coin préservé de Rhône-Alpes !

Premier jour d'observation des Guêpiers d’Europe, dans un coin préservé de Rhône-Alpes !

Safari de Peaugres vu par un photographe

Feb 23 2014, Written by: METELLI ANTOINE

Vivant depuis quelques temps en région Rhône-Alpes, et arpentant, le plus clair de mon temps, les chemins de campagne à la recherche d’animaux sauvages, j’ai profité du beau temps de ce weekend pour aller découvrir un parc animalier dont on parle assez peu dans le monde de la photographie : Le Safari de Peaugres.

Appartenant au groupe Thoiry, il s’agit du plus grand parc zoologique de la région Rhône-Alpes. Il est installé à 55 minutes de Lyon, plus précisément dans la petite ville de Peaugres en Ardèche.

C’est un espace d’environ 80 hectares où l’on peut observer pas moins de 900 animaux, ce qui explique le tarif d’entrée relativement élevé : comptez 20 euros pour un adulte et 17.50 pour un enfant.

Je ne m’étendrai pas plus que ça sur l’aspect zoologique du parc, sachez simplement que les animaux y sont en pleine forme dans des enclos de qualité et d’une propreté exemplaire (après je vous accorde que ça reste un zoo avec tous les points négatifs qui en découlent…)

Concernant l’aspect photographique de ce parc Il y a du bon et du moins bon… (Dommage que le parc ne soit pas pensé pour les photographes à la base).

Le parc se divise en deux circuits : le circuit voiture et le circuit à pied.

Le circuit voiture est très bon. Il se divise en 3 zones : la plaine africaine, nord-américaine et asiatique. Les animaux y sont en liberté à l’exception de l’ours polaire… C’est donc l’occasion de pouvoir photographier de très près les zèbres, rhinos, ours noirs, bisons... Le règlement interdit d’ouvrir les vitres et de s’arrêter en voiture à proximité des animaux, ensuite c’est à vous de voir… j’avoue avoir roulé l’ensemble du parcours fenêtre ouverte avec mon objectif calé sur le rebord mais encore une fois s’il arrive quoi que ce soit c’est de votre responsabilité. Comptez environ 1h pour faire le tour, photos comprises.

Le circuit à pied, quant à lui, est moins intéressant pour le photographe car il y a de nombreuses vitres et autres grillages qui empêchent d’effectuer des clichés de qualité… notez cependant que « l’espace des singes » et l’enclos d’immersion pour les lémuriens sont excellent et sans gros obstacles à la prise de vue.

Pour conclure, il s’agit d’un excellent parc pour une ballade en famille, avec la possibilité de faire de bon clichés sur le circuit voiture et dans l’espace des singes. Inutile d’y aller pour photographier les félins qui sont tous derrière grillages et vitres, sauf dans le but de faire des clichés souvenirs.

Saïmiri photographié dans "l'espace des singes" du Safari de Peaugres

Saïmiri photographié dans "l'espace des singes" du Safari de Peaugres

Portrait de zèbres du circuit voiture du Safari de Peaugres

Portrait de zèbres du circuit voiture du Safari de Peaugres

Balade à domicile

Jun 21 2016, Written by: Tonio METELLI

Aujourd'hui je profite de la fauche récente d'une zone de pâtures à proximité de chez moi (Brindas, 69), pour aller voir ce qui s'y passe... Les renards sont présents mais bien trop éloignés de mon affût...Les lièvres quant à eux se laissent prendre au jeu, pour mon plus grand plaisir.

Sur le chemin du retour, je décide de passer sur mon affût à martin pêcheur pour changer le perchoir et tenter quelques images. Ces derniers ne tarderont pas puisque au bout de 15 minutes seulement, l'un d'eux viendra poser devant l'objectif.

Lièvre, Rhône, Brindas 69

Lièvre, Rhône, Brindas 69

Martin-pêcheur d'Europe, Rhône, Brindas 69

Martin-pêcheur d'Europe, Rhône, Brindas 69

Pélicans en "Low Key"

May 10 2013, Written by: METELLI ANTOINE

Pélicans en "Low Key"
Pélicans en "Low Key"
Pélicans en "Low Key"
Pélicans en "Low Key"

Les offrandes

Jun 10 2016, Written by: Tonio METELLI

Aujourd'hui c'est ma 4ème sortie à la falaise de mes guêpiers Rhonalpins ! Ils sont toujours présents mais légèrement moins actifs...Faut dire qu'une partie des femelles sont déjà aux terriers.

J'ai malgré tout eu la chance de pouvoir assister aux "dernières" offrandes mais pas encore aux accouplements...

En tout cas le Rhône semble être une destination de choix pour nos amis à plumes

Guêpiers d'Europe Rhonalpins
Guêpiers d'Europe Rhonalpins
Guêpiers d'Europe Rhonalpins
Guêpiers d'Europe Rhonalpins

Guêpiers d'Europe Rhonalpins

Bokeh de Mante fraiche

Oct 03 2013, Written by: METELLI ANTOINE

Bokeh de Mante fraiche

Ou "bouquet de mente fraiche" (Jeu de mots)

Bokeh de Mante fraiche

Bref, voici une sélection de mes derniers clichés de Mante,

Bokeh de Mante fraiche

réalisés en région lyonnaise.

Bokeh de Mante fraiche

Malheureusement, avec l'arrivée d'un automne plus marqué, elles se font de plus en plus rares...

Bokeh de Mante fraiche
Bokeh de Mante fraiche

Bientôt des martins plongeurs...

Sep 08 2016, Written by: Tonio METELLI

Le Rhône ne cesse de grossir ces derniers jours. Mes perchoirs s'étaient déjà retrouvés sous l'eau en début de semaine, ce qui m'avais forcé à y retourner pour les replacer et apporter quelques modifications.En outre, en arrivant sur place au petit matin, le Rhône était encore monté...J'ai quand même pris place dans mon affût, les pieds dans l'eau, sans trop y croire, mais grand bien m'en a pris !!

Bientôt des martins plongeurs...
Bientôt des martins plongeurs...
Bientôt des martins plongeurs...
Bientôt des martins plongeurs...

Encore et toujours...

Mar 03 2013, Written by: METELLI ANTOINE

Sortie rapide ce soir sur mon affut habituel, et mon écureuil de Corée est toujours au rendez-vous !! Quel plaisir de le voir de moins en moins farouche à mon égard, surement des restes de son ancienne vie en tant qu'animal de compagnie...

Encore et toujours...
Encore et toujours...
Encore et toujours...

Un chevreuil dans le beaujolais

Feb 20 2015, Written by: METELLI ANTOINE

Nouveau départ avec ce cliché, suite à la perte de tous mes clichés de 2014 et début 2015... Du coup on recommence à zero, mais avec le sourire :D

Nouveau départ avec ce cliché, suite à la perte de tous mes clichés de 2014 et début 2015... Du coup on recommence à zero, mais avec le sourire :D

Un chevreuil dans le beaujolais
Un chevreuil dans le beaujolais

Les mantes ne vont plus à l'église,...

Sep 07 2016, Written by: Tonio METELLI

Les mantes religieuses sont de retour dans le jardin et sur mon petit coin de forêt. C'est toujours un immense plaisir de les photographier, et de les observer, vaquer à leurs occupations...

Les mantes ne vont plus à l'église, mais au jardin...

.

Les mantes ne vont plus à l'église, mais au jardin...

.

Les mantes ne vont plus à l'église, mais au jardin...
Les mantes ne vont plus à l'église, mais au jardin...
Les mantes ne vont plus à l'église, mais au jardin...

Au coeur des fjords

May 07 2017, Written by: Tonio METELLI

En cours de rédaction

Au coeur des fjords
Au coeur des fjords
Au coeur des fjords
Au coeur des fjords
Au coeur des fjords
Au coeur des fjords
Au coeur des fjords
Au coeur des fjords
Au coeur des fjords
Au coeur des fjords
Au coeur des fjords

Promenons-nous dans les bois

Apr 07 2013, Written by: METELLI ANTOINE

Promenons-nous dans les bois
Promenons-nous dans les bois
Promenons-nous dans les bois

"Rat" des champs

Jul 31 2012, Written by: METELLI ANTOINE

Ce soir, en allant photographier les ragondins, j'ai eu la chance de pouvoir observer un magnifique petit rongeur se faisant bronzer sur une bouze de vache en bordure d'un champ fraichement coupé... je ne donne malheureusement pas cher de sa peau étant donné tous les rapaces et les renards qui trainent dans la zone... En lui souhaitant bonne chance !

"Rat" des champs

Un petit tour en ville

Mar 06 2016, Written by: Tonio METELLI

Ce matin direction le Parc de la Tête d'Or de Lyon pour photographier la faune urbaine.

Un petit air Japonnais avec cette mésange bleue du Parc de la Tête d'Or de Lyon

Un petit air Japonnais avec cette mésange bleue du Parc de la Tête d'Or de Lyon

Un petit écureuil du Parc de la Tête d'Or de Lyon

Un petit écureuil du Parc de la Tête d'Or de Lyon

Ascalaphe blanc de l'Ascension

May 27 2014, Written by: METELLI ANTOINE

Ascalaphe blanc de l'Ascension

.

Ascalaphe blanc de l'Ascension

.

Ascalaphe blanc de l'Ascension

.

Ascalaphe blanc de l'Ascension

.

Ascalaphe blanc de l'Ascension

Douces fritillaires

Mar 05 2016, Written by: Tonio METELLI

On y est !! Aujourd'hui, c'est mon grand retour après une longue période d'absence... Et oui j'ai créer ma société alors forcément ça m'a pris un peu de temps ;) Me revoilà donc avec pour premiers clichés de 2016, cette série sur les fritillaires pintades du Val de Saône.

Douces fritillaires
Douces fritillaires

.

Douces fritillaires

.

Douces fritillaires

.

Une petite balade dans les bois

Sep 16 2016, Written by: Tonio METELLI

Cet après-midi, comme souvent, je suis allé me balader dans la lande des Sorderattes à Francheville (69) pour y faire quelques images. Mantes religieuses et papillons sont toujours au rendez-vous !

Une petite balade dans les bois

.

Une petite balade dans les bois

.

Une petite balade dans les bois
Une petite balade dans les bois
Une petite balade dans les bois
Une petite balade dans les bois